Voyage intérieur

C’est la petite Jabotte, qui n’a ni bas ni bottes…
Minette chardonnerette, d’où viens tu ?…
Rond, rond bataillon, la poule a fait un coco…
À la tresse, joli tresse, mon papa est cordonnier…
Je fais ma toile, je fais mes draps, pour faire une robe à mon p’tit chat…

C’est comme une musique.
Au dessus de nos berceaux.
Les mots chantent alors qu’ils sont encore mystère, les mots nous enchantent.
C’est ainsi, depuis bien longtemps.
Nous sentons bien qu’il y a là quelque chose, quelque chose d’important.
Nous sommes si petits, nous sommes venus au monde et il nous faut apprendre à le lire.
La voix qui nous enveloppe, qui murmure, qui dit, qui chante et dont nous percevons toutes les modulations, toute la palette d’émotions pourrait bien nous y aider.
C’est une grande jubilation quand on s’adresse à nous avec des mots qui nous caressent, des mots qui nous chatouillent, des mots empreints de tendresse.
Nous sommes en fête.
Nous gazouillons, nous vocalisons, nous babillons,
Nous explorons, nous cherchons, nous ressentons,
Nous découvrons et tout est source d’émerveillement.
Notre corps tout entier ne demande qu’à s’éveiller.
Extraordinaire alors, ces petits jeux inventés rien que pour nous.
Nous ne nous en lassons jamais.
Corps parlé, chanté, poétisé, un vrai cadeau !
Un index, un majeur se posent sur notre main : une petite Jabotte apparaît. Elle n’a ni bas ni bottes.
Elle monte le long de notre bras, un pas après l’autre, au rythme des mots sur notre peau.
Nos doigts sont saisis un à un, révélant le poucelot, le lèchepot, le longis, le malappris et le petit doigt du paradis.
Notre corps devient le lieu d’aventures poétiques, source d’imaginaire, d’émotions.
Nous sommes réellement touchés.
Touchés vraiment, doublement.
Comme si nous étions reliés, corps, voix, esprit rassemblés, comme si les différentes parties de notre être se retrouvaient là.
Quand ces sons, ces mots commencent à faire naître en nous des images,
Quand de l’expérience du rythme de l’autre en nous, nous accédons à notre propre rythme,
Quand notre paysage intérieur prend forme,
Quelle liberté nous est offerte !

Ce texte a été écrit pour le web-documentaire de la médiathèque de Roubaix « Les petits pouces  » jeux de doigts et autres enfantines.

Les enfantines m’accompagnent depuis plus de vingt cinq ans dans les lieux où je suis invitée à jouer, à chanter avec petits et grands .

Ecrire pour ce web-doc fut une nouvelle occasion pour moi, de mettre en mots, ce que j’ai découvre et ce qui ne cesse de m’animer; accompagner des touts petits, leurs proches avec ce que nous offre ce riche répertoire oral que sont les berceuses, les formulettes des mains, du visage…..

lespetitspouces.mediathequederoubaix.fr

Categories: Jeux de doigts, jeux de mains, Petite Enfance, Poésie, Tradition orale enfantine, _Tous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *