Récit d’une rencontre

Dans un lieu associatif, où les familles viennent régulièrement pour la distribution alimentaire, je profite de la salle d’attente pour raconter.
Une petite fille sénégalaise de quinze mois caresse longuement mes cheveux, expérience qu’elle fait durer devant ce qui est étrange, différent simplement. Poursuivant son exploration, elle caresse ma joue avec la paume de sa main, comme pour en sentir le grain de la peau, puis, surprise, la retire et regarde mon visage comme savent si bien le faire les petites personnes, intensément, sans détour.
Je prends alors sa main, la guide, l’invite à poursuivre sa découverte :

Menton rond
Bouche d’argent
Nez cancan
Joue bouillie
Joue rôtie
P’tit œillot
Grand œillot
Toc toc mailloc !

La tension est là, dense. La toute petite ne dit rien, sérieuse jusqu’au bout, impressionnante. Nous reprenons la formulette : Menton rond, Bouche d’argent, Nez cancan… L’enfant ose s’aventurer sur mon visage, d’abord le nez, les joues, revient plusieurs fois à la bouche, en fait lentement le tour, essait de l’ouvrir, s’arrête et me regarde droit dans les yeux… Bouche d’argent… Avec ses doigts attrape mes lèvres comme pour mieux entrevoir d’ou vient le son, la voix. La formulette se poursuit jusqu’au dernier mot, Toc toc mailloc, la petite fille amusée me tapote le front et sourit enfin. Nous reprenons alors toutes les deux ensemble le jeux dans la légèreté ; elle me prend la main, la met sur son visage, m’invitant à jouer. L’expression Toc toc mailloc semble avoir sa faveur, nous rions toutes les deux.
Pendant plusieurs mois, cette enfantine sera comme un rituel, notre manière de nous retrouver, de nous apprivoiser, de nous rencontrer…

Categories: Lecture à voix haute, Littérature, Petite Enfance, Poésie, Tradition orale enfantine, _Tous les articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *